Divin froment ?

Vous le connaissez, vous, le nom du fruit du plaqueminier ? ah ah, les bons élèves répondent plaquemine… belle tentative, à vrai dire, ce pourrait même bien être correct ; mais bon, ça ne me permet pas d’aller au supermarché du coin pour en commander !

Comment cela il est tout naturel que, bon fils du Yamato ne parlant pas français, l’épicier du coin reste interdit devant ma plaquemine, tout comme il serait en peine de me servir ma pomme ou ma poire, pourtant fruits légitimes du pommier et du poirier ?

Et bien justement, même en français il peut me comprendre si j’utilise le nom plus usité de « kaki » (enfant pauvre du scrabble, car avec seulement 4 lettres et un « k », il aurait pu figurer au même niveau que le « kan » ou le « kiwi » au panthéon des meilleurs marqueurs, au lieu de quoi il sert d’enième exemple au proverbe : « la qualité prime sur la quantité »)!

Mais alors pourquoi appeler « plaqueminier » l’arbre à kaki (kaki no ki en japonais) ? Est-ce encore une faute dans les notes d’un botaniste déconcentré par le son des cigales et ayant peut-être forcé sur le saké ? Que nenni, il faut cette fois-ci partir vers l’ouest pour trouver la solution : si l’on en croit wikipedia, le mot « plaqueminier » serait dérivé de l’algonquin. C’est d’ailleurs cette même langue qui a donné la racine anglaise « persimmon » utilisée pour le fruit et l’arbre. En effet une autre espèce donnant des fruits similaires pousse en Amérique du Nord.

En Asie les grands consommateurs sont les chinois, coréen et japonais (comme presque tout ce que l’on trouve ici, du go au bouddhisme en passant par les kanjis, il semble qu’il ait transité depuis la Chine en passant par la Corée). C’est une spécialité hivernale que j’ai même vue vendue dans des petites échoppes de rues façon marron chauds.

L’arbre se distingue bien car ses fruits ne sont mûrs que après la chute des feuilles, ce qu’il fait qu’il ressemble un peu à un sapin de noël dépenaillé avec de grosses boules orangées. De loin cela ressemble à des pommes, mais de près plutôt à des tomates. J’étais surpris de voir cet arbre littéralement sortir du béton, à côté de cette vieille bicoque, à 2 pas de Tokyo Midtown.

Publicités

3 Réponses to “Divin froment ?”

  1. Popa Says:

    Voici de nouvelles choses interessantes pour débuter la nouvelle année.
    Il y a un superbe plaqueminier toujours fortement chargés de fruits en hivers tout à coté du cimetiere de Chens…
    2011 moins 5 heures ici.

  2. Popa Says:

    PS : je n’ai pas encore fait le lien avec le titre ?

  3. maaaraag Says:

    Je voulais en parler pour le titre mais je me suis découragé, et même doublement découragé parce que je n’ai pas non plus voulu trouver un autre titre… ça vient du nom du genre en latin qui est « Diospyros » et qui comprend les plaqueminiers. Je ne savais pas qu’il y en avait un à Chens, faut que je sorte plus ! C’est l’espèce japonaise ou une autre ?

    Et encore bonne année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :