Sukii Ga Suki

Par une bizarrerie de notre planète, le Japon, qui, n’en déplaise à certain(e)s, n’est pas du tout sous la même latitude que la France (tout du moins métropolitaine), jouit d’une neige quasi-systèmatique sur la moitié nord de l’île principale de Honshu. Il est extrêmement rare que la neige ne tombe pas au moins une fois à Tokyo durant la saison, ville qui se situe à la même latitude que Alger !

Lorsque depuis Tokyo on passe les Alpes japonaises vers Niigata, on se retrouve alors en plein pays de neige. D’ailleurs dans ces contrées subsistent encore des villages traditionnels aux pentus toits de chaume inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO…

Cette année l’enneigement est plutôt fort, et aux infos on a même vu du blizzard à Hiroshima et des trains bloqués (beaucoup plus rare au Japon que en France – pourtant la technologie japonaise aussi utilise des caténaires et des conducteurs de train -) dans la préfecture de Fukui.

Trève de disgression, on l’aura compris il y a de la neige au Japon, et comme le pays est également montagneux, le ski alpin s’y est developpé très rapidement. Je crois que mon guide Lonely Planet décrit le ski comme la perle cachée du Japon. Bien entendu, quand on parle de ski alpin (alpin comme qui vient des Alpes), il est parfois difficile de se départir d’un certain blasé qui verrait dans les Alpes japonaises qu’une pâle copie des Alpes originelles…

La première fois que j’avais essayé le ski au Japon, je n’avais pas vraiment été convaincu je dois dire. Cette année m’a réconcilié avec le ski dans cette partie du monde. Quelques impressions, pas forcément dans l’ordre.

Une station en or
Aujourd’hui nous nous dirigeons vers un autre haut lieu du ski japonais, Nagano ! Nagano est le nom d’une ville et d’une préfecture, bien connue de part chez nous pour être le lieu des jeux olympiques d’hivers de 1998. Certaines épreuves de ski alpin, dont la descente et le saut à ski ont en fait eu lieu dans un petit village de la préfecture appelé Hakuba.

La station que j’ai essayée s’appelle Hakuba Goryu, elle est jumellée avec Hakuba 47 (que des staffs joueurs ont surnommé HKB47) pour former un domaine skiable grosso modo de la taille de Praz de Lys/Sommand. Elle est voisine de la station qui a en fait été utilisée pour les jeux olympique qui s’appelle Happo-one. Depuis Goryu, on peut voir sur un autre versant les installations olympiques.

Quelques autres stations plus petites se partagent le reste du massif. Il n’y a pas nécessairement moins (pas trouvé les chiffres avec une recherche rapide sur internet) de stations de ski au Japon que (un exemple au hasard) en France. Par contre ici les grosses stations passeraient pour petites en France. De plus comme la neige tombe assez bas, le haut des stations n’est jamais très élevé. C’est encore plus vrai pour Hokkaido qui selon la rumeur jouirait d’une excellente poudreuse.

Don’t Stop the music
Pensez-vous que rien ne ressemble plus à une station de ski qu’une autre station de ski ? Voici une liste de « petites » différences qui ne trompent pas : nous sommes bien au Japon.

Entouré d’un magnifique paysage, une petite neige qui tombe doucement du ciel et un duveteux brouillard qui descend doucement sur la vallée : le calme des montagnes ? oui, sauf que nous, on est pas venu pour entrer dans des méditations philosophique sur la place de l’homme dans la nature… on est ici pour faire de l’exercice, et ça se fait encore mieux en musique ! Musique diffusée par les hauts parleurs attachés au pilônes des télésièges. Inutile de préciser qu’il ne s’agit pas de Mozart, dans le meilleur des cas c’est Sting and the police, dans le pire, une techno complétement déplacée !

La musique est aussi jouée dans le restau. Midi, après une demi-journée de ski (on s’est levé à l’aube) rien de tel qu’une petite tartiflette ou quelques diots au vin blanc pour reprendre des forces… que nenni ! Ici pour se rassasier, c’est ramen ou katsu curry. Marginalement déprimant pour ceux qui n’imaginent pas un voyage à la neige sans un plat contenant une quantité gargantuesque de fromage fondu.

Je pense que la technologie est aussi utilisée en France, mais ma station de ski au pays favorite venant juste de passer du forfait autocollant (colle sur la main mais pas sur le petit fil de fer) au forfait à valider dans le portique (façon RER avec l’option enrouleur qui renvoie le forfait dans la figure), j’étais agréablement surpris de pouvoir utiliser une puce à communication sans fil qui se glisse dans la manche (pour peu qu’on ait une veste adaptée) et permet de passer aux remontées sans douleur mais moyennant une caution de 1000 yens. Il faut ne pas l’oublier au moment de partir et remettre le forfait dans une machine qui restitue la caution (quand on a pas de tête on a des jambes).

Parlant technologie, inutile de préciser que le téléphone portable permettant de retrouver ses amis est un accessoire complétement indispensable de la sortie ski réussie, c’est pourquoi la station a une couverture réseau intégrale (mais pas avec tous les opérateurs apparemment).

Point de vue végétation, l’essentiel est composé d’arbre à feuilles caduques (je pense que c’est du à l’altitude modérée), ce qui donne aux montagnes environantes un air de calvitie naissante.

Ici on ne manque pas d’air. Il y a bien sûr l’air pur de la montagne, mais également l’air comprimé qui permet d’ôter intégralement toute neige qui pourrait restée attachée à ses skis/snowboard avant de le ranger.

Enfin bien évidemment si vous croisez pikachu sur les pistes ou alors un Hello Kitty avec un corps de léopard, ou encore des personnes en costume de renne ou d’ours rose, ou encore déguisé en maid… vous êtes probablement au pays du cosplay !

Boarderland
Si le ski est important au Japon, c’est surtout le snowboard qui remporte les faveurs des jeunes japonais. Qui dit snowboard dit d’abord : la tenue adaptée. Bonnet, masque de ski entièrement réfléchissant, foulard qui sert de cache-nez (c’est l’accessoire ultime), veste à pois et pantalon en imitation jean sont un bon début. Ensuite, il est préférable d’être venu en groupe, pour pouvoir proposer des variations intéressantes de couleurs/motifs, même si le snowboard en couple est également répandu (il faut dire que c’était le week-end spécial saint-valentin), auquel cas la fille devra avoir soit un pantalon soit une veste rose.

L’occupation principale est de rester assis en bande à mi-hauteur de la piste, tous assis côte à côte dans le cas de la bande de jeunes, la fille jouant avec la neige de façon ingénue dans le cas des couples. Si d’aventure il fallait descendre la pente, on préférera le dérapage rectiligne à basse vitesse avec pour les plus joueurs des tentatives de 180° se finissant en roulades dans la neige et pour les moins habiles des collisions avec des skieurs en marotte.

On l’aura compris, pour les jeunes demoiselles fashionista, les sports d’hiver sont une occasion de plus pour s’affirmer, et non pas se laisser aller : prière d’apporter faux-cils et lentilles de couleur !

Moi Aussie
Qu’il y ait des étrangers parmis les skieurs, je le conçois, mais parmi le staff ? En fait quasiment tous les étrangers que l’on trouve dans une station de ski japonaise sont des australiens. Il semblerait qu’ils aiment beaucoup le ski, et vu que la montagne la plus célébre d’Australie est l’Ayers Rock, on ne s’étonne pas qu’ils aient besoin de trouver un autre pays pour s’adonner à leur passion…

…c’est une façon de penser. Mais bon il faudrait être bien naïf pour penser que l’île continent n’a pas de montagnes. D’ailleurs elle place un sommet dans une des versions de la fameuse liste des 7 sommets alors que notre Mont Blanc national n’y figure pas, detrôné par quelque volcan du Caucase ! La vérité c’est que le ski en Australie est bel est bien possible, mais il se passe durant l’hiver austral qui correspond à l’été ici. Les australiens voyageant au Japon profitent donc bel et bien de leur deuxième saison annuelle. Il semblerait que par rapport aux stations australiennes, les stations japonaises aient de la meilleure neige et soient un peu moins surpeuplées.

Personne ne vous tendra la perche
Et oui ! A Hakuba Goryu, le seul tire fesse que j’aie trouvé n’avait plus de cable et avait l’air rouillé de la remontée qui n’a pas servi depuis de nombreuses saisons. Par contre le staff est très prévenant au télésiège. Tellement qu’il ne manquera pas de vous demander de bien vouloir utiliser la barre de sécurité du siège. Effectivement ici la barre de sécurité du télésiège est la dernière innovation, si bien qu’ils n’en sont pas tous équipés (parfois elle remonte toute seule), et son usage n’est pas du tout entré dans les moeurs (faut dire que la barre ne sert que de sécurité, elle est dépourvue des petits repose-pieds si pratiques).

A la recherche du onsen perdu
Rien de tel après une grosses journée sur les pistes, de pouvoir se délasser dans l’eau bien chaude d’une source thermale… n’est-ce pas ? le premier onsen que nous approchons nous impose une attente de 30 minutes car il y a trop de monde ! qu’à cela ne tienne, puisqu’une petite neige rafraichissante pimente notre balade nocturne, nous n’hésitons pas à parcourir quelque kilomètres supplémentaires pour rejoindre un onsen qui a l’air tellement isolé sur la carte qu’il ne saurait être plein. Effectivement, il était complétement vide… et fermé ! Enfin nous avons fait maintenant le plus gros du chemin (2 stations de train, nous sommes maintenant dans le village de la station de Hakuba Happo-One) donc nous pouvons encore pousser vers un troisième onsen, qui celui-là ne ferme que dans plus de deux heures. De plus il est l’heure de manger, donc il est sûrement à defaut de vide, fréquentable. De quoi nous consoler de nos basket mouillées… las ! celui-là aussi est fermé pour cause de foule.

Oui, le onsen après le ski c’est surement très bien, le seul problème, c’est de ne pas être les seuls à avoir eu cette idée !

Les bénéfices de cette longue marche dans le froid sous une neige persistante ? une (très) bonne nuit de sommeil et, puisque les précipitations on continué pendant la nuit, entre 20 et 30 centimètres de poudreuse le lendemain !

Publicités

2 Réponses to “Sukii Ga Suki”

  1. Popa Says:

    Cela donne des envies… Quand on pense que toute la famille vient de partir tester … la glace qui recouvre les pistes en ce moment chez nous.
    Excellente chronique comme d’habitude.

  2. Hakubababa, j’en suis bibi ! « Cerveau 2.0 Says:

    […] âge respectable) ryokan, nous avons un onsen, ce qui nous évite les péripéties de l’an dernier. La temperature de l’eau est même très chaude, je pense que c’est pour éviter que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :