山よ山よ

Une petite promenade dans la montagne ne se refuse pas à un week-end de printemps ensoleillé. Destination du jour, la traversée du Takaosan (高尾山) au Jinbasan (陣馬山), le long d’une crête docile, l’occasion d’étrenner le guide Lonely Planet « Hiking in Japan », qui est apparemment le livre de base du randonneur étranger.

Le Takaosan, du haut de ses 599 mètres, pourrait simplement ne passer que pour une grosse colline en banlieue de Tokyo ; alors qu’il représente bien plus aux yeux des citadins qui profiteront de ses sentes feuillues pour prendre un bon bol d’air et de verdure. La ligne Keio qui nous emmène de Shinjuku à la gare de Takaosan-guchi est d’ailleurs peuplée de personnes aux grosses chaussures, dont de nombreux papis et mamies japonais tout aussi pressé de piquer un petit somme que de se dégourdir les jambes.

La montée par la route n°6 se fait dans un petit vallon planté d’iris du Japon, et passe par un petit temple logé tout près d’une petite cascade. La montée se fait en une grosse heure – heure et demie – dans un sous-bois paisible quoique très fréquenté, et une fois en haut nous avons la joie de retrouver tout le confort moderne, avec distributeurs de boisson automatiques et marchands de souvenirs, ainsi qu’une merveilleuse vue sur les montagnes environnantes et le mont Fuji !

La suite de la promenade suit l’épine dorsale du massif en alternant les cols et les sommets. Après le Takaosan (599m) viennent le Shiroyama (城山 , 670m) puis le Kagenobuyama (影信山, 727m) et enfin le Jinbasan (857m). A chaque sommet et à chaque col, outre des sanitaires nécessaires étant donné la fréquentation, on retrouve des petites cahutes en bois ou en tôle ondulée vendant boissons (eaux, thé, café, mais aussi la nécessaire canette de bière !) et quelques plats chauds basiques tels que les ramens, udons, soupe miso. Il m’a même semblé voir des minuscules potagers, et entre le Kagenobuyama et le Jinbasan, un perchoir où deux tourterelles orientales attendaient que des enfants intrigués par leur plumage veuillent bien leur fiche-la-paix.

Il est illusoire de venir ici pour rechercher la solitude où l’isolement. Le site internet officiel prévient même d’apporter avec soi sa bâche bleue pour le pique-nique au cas où toutes les (nombreuses) tables ad hoc seraient utilisées. Mis à part un nombre suspicieusement peu important de « gaijins » (qui goûtent peut-être moins à la randonnée de masse que les gens du cru), quelques populations se dégagent.

Les personnes âgées, parfois essoufflées, jamais trop néanmoins pour négliger les salutations d’usage, et éventuellement demander d’où nous venons et où nous allons. Les jeunes amateurs de « trail », parés de leurs vêtements techniques moulants, parcourent les chemins en petites foulées. Ceux d’entre-eux qui ne sont pas en train de ramasser leurs poumons lancent un vigoureux « konnichiwa ». Quelques groupes d’écoliers disciplinés venus étudier la nature avec leurs professeurs, que l’on a du briefer sur les salutations traditionnelles entre promeneurs : mettant chacun leur point d’honneur à dire bonjour à chaque personne qu’ils croisent avec l’énergie exubérante de la jeunesse. Finalement une part de jeunes filles représentantes du style yama-girl qui semble-t-il a explosé l’an dernier : la communion avec la nature, des vêtements techniques, soit, mais avec du style et des couleurs. Les éléments les plus représentatifs : des leggings, des chaussures de marche montantes, des chaussettes de couleurs de préférence à motifs colorés (des rayures fluo font particulièrement l’affaire), une jupette, un imper de couleur vive et bien sur un bob ! Elles également saluent la cantonade de façon joyeuse ; et avec tout ce monde à qui souhaiter la bonne journée, on en risque l’extinction de voix…

A l’arrivé au sommet du Jinbasan, une statue de cheval blanc dressé vers le ciel accueille les promeneurs. La vue sur le mont Fuji s’est progressivement couverte de fins nuages blancs pendant la journée et il est temps de rentrer vers l’arrêt de bus Jinbasankogenshita (陣馬山高原下), par un chemin qui descend dans une claire plantation de sugi (wikipedia ne me donne pas d’autre nom français que celui un peu barbare de cryptoméria du Japon).

Dans les transports du retour je me pose un question à laquelle une très (trop ?) brève recherche sur internet n’a pas su répondre : la façon dont les noms de sommets doivent être traduits depuis le japonais vers le français. Tous les noms de sommets japonais finissent (à ce que j’en sache, mais je ne serais pas étonné si il y avait des exceptions) soit par 山 (montagne/mont) soit par 岳 (montagne/pic). Dans les panneaux de signalisation des chemins traduits en anglais, souvent ce dernier caractère, qui ne fait pas vraiment partie du nom, est enlevé. Par exemple le 高尾山 (Takaosan) est appelé Mont Takao. Les japonais eux-même quand ils parlent anglais disent : « Mont Takao ». Le problème c’est que je trouve que « mont » ça fait un peu solennel pour une colline de 599 mètres. J’ai l’impression que en français la majorité des montagnes ne sont pas appelées « mont quelquechose », mais ont directement un nom. Et l’autre problème, comme toujours en japonais, c’est la prononciation : par exemple si on prend 高尾山 (Takaosan) et 影信山 (Kagenobuyama) on voit que le même caractère se prononce « san » ou « yama », et c’est le même combat pour 岳 qui peut se prononcer « dake » ou « take ». Si on traduit systématiquement par « mont Takao » et « mont Kagenobu », du coup on sait plus comment ça se prononce ! Du coup j’opte pour ne rien traduire et appeler les montagnes par leur nom complet… avec une exception pour le mont Fuji, qui est un peu le mont Blanc local (que l’on pourra éventuellement appeler Fujisan, mais jamais jamais Fujiyama).

Bien entendu on peut encore se creuser la tête sur des histoires de traductions en remarquant que le même combat a lieu pour les lacs. En effet tous les noms de lacs (exceptions inconnues de moi ex-comprises) se finissent par 湖. Sauf que en français j’ai l’impression que on utilise quasiment toujours le mot lac devant les noms de lac, donc la traduction devient obligatoire… ça marche sans problème pour 田沢湖 (Tazawako), lac Tazawa, il suffit de retirer lac et rajouter ko à la fin. Mais pour 芦ノ湖 (Ashinoko), c’est le drame : on se retrouve avec un lac Ashi, car le no au milieu ne sert à rien d’autre que de nous embêter (je crois que c’est une sorte de liaison), et il devient impossible de retrouver le nom original à partir de la traduction…

En aparté, j’espère que les connaisseurs auront apprécié le titre du billet.

Publicités

6 Réponses to “山よ山よ”

  1. Popa Says:

    Sympa la petite promenade.
    Comment dois-je faire pour que les caractères japonais apparaissent dans mon texte… et que je puisse bénéficier du titre ?
    Joyeuse fête !

    • maaaraag Says:

      Aucune idée ! Je ne me souviens plus de comment j’ai fait sur mon pc mais il me semble que c’était déjà installé. En regardant rapidement sur internet j’ai vu qu’il y avait une checkbox « installer les caractères des langues extrême-orientales » dans le panneau de configuration > option régionales et linguistiques, mais je n’ai pas ça sur mon windows7, peut-être qu’ils ont fait l’installation par défaut dans les nouvelles versions de windows.

  2. Elo Says:

    Voila bien un article de savoyard, quand on vient de normandie, cela ne semble pas genant d’appeller montagne une « colline » de 599 metres!

  3. petitadrien Says:

    En connaisseur, j’ai souri pour la référence cinématographique du titre de l’article, qui m’a d’ailleurs poussé à laisser ce petit commentaire ^^
    J’en profite pour dire que ce blog que je découvre ce matin est bien sympathique, et fait déjà partie de mes favoris.
    Merci et bonne continuation !

    • maaaraag Says:

      Merci de ta visite et d’avoir pris le temps de laisser un commentaire. Je fais de mon mieux, mais ce blog n’est tenu a jour ni tres frequemment, ni tres regulierement, cela requiers donc de la patience pour le suivre 😦

      A une prochaine !

      • petitadrien Says:

        Je serai patient, cela en vaut la peine dans la mesure où tes articles sont intéressants, bien fournis en information, et de qualité 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :