Toho ou tard

De Okutama

Point de vue cinéma, et que ce soit pour le meilleurs ou pour le pire, cette semaine a été marquée par la sortie du dernier « Pirates des Caraïbes » (noter l’adjectif dernier qui permet d’éviter d’avoir à donner le numéro…). Dans le cinéma Toho, le multiplexe blotti au pied de la Mori Tower, à sa sortie, le film aura été diffusé dans pas moins de six salles ! Je ne sais pas si c’était à dessein, mais la programmation suivait une logique particulière, puisque le film était à l’affiche dans 3 salles 3D, 2 salles 2D et une (et unique) salle premier… Bon, la salle premier n’est (comme on s’en doute) pas une salle à une dimension, c’est juste une salle ou des sièges un peu plus larges, une boisson et une couverture servent de prétexte à facturer le prix astronomique de 3000 yens (~26 euros) pour une séance (alors que le prix astronomique mais normal du cinéma est 1800 yens soit quand même 15 euros).

Enfin bref, ce samedi, c’est à l’heure où finissait la projection de 27h30 (je ne l’ai pas inventée) que je me dirigeais vers la station de métro pour commencer mon périple en direction de Okutama. Objectif de la matinée, la marche Mitakesan (御岳山 929m) , Odakesan (大岳山 1267m), Okutama (奥多摩 340m).

Il était tôt certes, mais il faisait déjà grand jour. Pour une raison inconnue, partiellement, mais non totalement expliquée par l’absence de passage à l’heure d’été, le jour se lève actuellement au Japon à l’heure indue de 4h30 du matin. A la réflexion c’est peut-être tout simplement pour qu’il fasse quand même nuit à six – sept heure du soir, que la ville puisse se parer de ses milles néons de couleur. Les villes japonaises sont belles quand elles se font complices de la fée électricité. Cette année cependant, c’est 15% d’économies d’électricité qui vont être demandées aux industries, universités, ménages, afin de pouvoir passer le pic de consommation de l’été. Si bien qu’il traîne des rumeurs de passage à l’heure d’été.

L’arrivée au temple de Mitake, départ de la promenade, ne se fait pas sans quelques correspondances. On commence par le métro, presqu’aussi bondé dès potron-minet qu’aux heures de pointes, par des noceurs en déficit de sommeil. On finit (petit plaisir) par un funiculaire qui fait la fête aux couleurs primaires. Le rail peint en rouge vif, incurvé vers le ciel comme une piste de lancement de robot façon gundam, s’élève dans les bois d’un vert sombre. Notre voiture est jaune, je vous laisse deviner de quelle couleur est la seconde…

Le funiculaire nous amène à 831m, conduit par un chauffeur apparemment de bonne humeur qui se dit « ému aux larmes que vous soyez venu de si bonne heure ici pour faire de la randonnée, plutôt que au Takaosan tout proche ». Ainsi j’avais donc eu raison de garder un silence circonspect sur mes activités du week-end dernier…

Après de précautionneuses salutations aux divinités locales, je prend le chemin qui monte par le vallon, passant à proximité de quelques cascades de bon aloi. Un peu plus haut, une montée abrupte nous amène au sommet… sans jamais vraiment sortir de la forêt ! Je devine l’intervention des gardes forestiers dans l’échancrure qui nous permet de deviner au loin, encore couronné de neige, le mont Fuji.

La suite de la balade ne donne pas réellement d’autres occasions de profiter de la vue : elle se poursuit dans un sous-bois dont la monotone verdure n’est ponctuée que de l’éclat rose des rhododendrons tsutsuji, pour mener finalement au village de Okutama. Il s’agit d’un petit village de campagne, qui néanmoins appartient à la préfecture de Tokyo, ce qui ne lasse d’étonner les japonais : « Ah ben, on ne dirait pas, mais ici aussi c’est Tokyo ! ».

D’ailleurs la rivière qui coule à Okutama, s’appelle la Tamagawa, en aval elle fait la frontière entre la préfecture de Tokyo et la préfecture de Kanagawa où se situe Yokohama. En arrivant à Okutama, en la suivant sur environ cinq cents mètres, on arrive (enfin !) au onsen…

Publicités

3 Réponses to “Toho ou tard”

  1. Popa Says:

    Cela donne des fourmis dans les jambes…

  2. Elo Says:

    Tout bonne randonnee merite un petit onsen… 🙂

  3. 奥多摩(OKUTAMA) « L'echo du Kanto Says:

    […] plus la région d’Okutama, rendez-vous sur le site de mon compagnon de randonnée préféré, ici. Share this:TwitterFacebookJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à aimer […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :