Ishinomaki

N’ayant pas réussi à me décider sur une destination de randonnée pour mes vacances du 3 au 11 juin, j’ai décidé de me lancer dans une semaine de volontariat à Ishinomaki, une ville du Tohoku affectée par le tsunami. Compte-rendu sous forme de lexique à l’intention du volontaire.

De Ishinomaki

7/11 : Joli symbole, depuis le début juin, un combini 7/11 proche de la mer (il ne reste maintenant plus que le parking), a réouvert. Même staff – nous sommes soulagés d’apprendre que les employés ont tous évacué à temps -, même emplacement, mais avec un camion refrigéré pour boutique. L’espace est plus exigu, mais l’on y trouve toujours de tout, de la papèterie à l’alimentation.

Bottes de sécurité (安全長靴) : Bottes montantes coquées avec semelle de sécurité (en acier). La pièce emblématique de l’équipement nécessaire qui comprend également casque, masque, lunettes, gants. Le rempart de protection de vos pieds contre les agressions extérieures. Elles seront nombreuses : verre et céramiques brisées (en quantité invraisemblables), outils coupants ou perçants enfouis dans le sol, clous rouillés saillants, et bien sûr le edoro. Dans l’entrée de Kasuka-fashion, en rangs d’onions, jusqu’à quatre-vingts paires se tiennent au garde-à-vous.

Dessous de plancher (床下) : Jamais je ne suis rentré dans autant de maisons japonaises. Nous ne savons toujours pas comment, le edoro se retrouve sous le plancher des salles avec tatami. Les propriétaires des maisons s’arrangent pour retirer les tatamis désormais inutilisables et le plancher. Nous nous retrouvons avec la charpente et quelques kilos de boue à extraire afin de rendre la maison un peu plus saine. La réhabilitation des maisons encore « en état » est d’autant plus importante que pour le moment le gouvernement a interdit toute nouvelle construction dans les régions affectées : il n’est donc pas possible de détruire une maison pour la reconstruire, même à l’identique.

Edoro : Boue venant des dépôts du tsunami, impréniée de divers produits chimiques en provenance du port, ainsi que de nombreux débris de construction, du verre, et une quantité invraissemblable d’objets hors-contexte : des K7 audios, des albums photo, des mangas en décomposition,… Toxique, il vaut mieux éviter tout contact avec cette boue qui n’est pas non plus bonne pour les plantes.

Exercice à la radio (ラジオ体躁) : Tous les matins, avant de se diriger vers leurs affectations respectives, toutes les équipes se réunissent pour le briefing du jour… ainsi que le traditionel exercice à la radio. Cette semaine, nous avons eu la chance de pouvoir cotoyer des émissaires un peu spéciaux de l’entreprise IBM : les membres de l’équipe de football américain. Les footballeurs semblaient vouloir passer le plus clair de leur temps à Kasuka-Fashion à se promener dans leur sous-vêtement « Under Armor » flambant neuf, allumant des étoiles dans les yeux de certaines volontaires. Les « pom-pom girls » qui les accompagnaient, elles, se sont gentillement « portées volontaires » pour animer l’exercice matinal.

Goutières : Il s’agit des goutières qui servent à l’évacuation des eaux le long des routes. En de nombreux endroits complètement bouchées… le edoro plus liquide ici qu’ailleurs oblige à porter l’intégralité des protections disponibles (pantalon ET veste imperméable). Au soleil, c’est ce que j’appele le sauna portable : il est toujours vaguement surprenant et inquiètant de voir des verres d' »eau » s’échapper de vos gants quand vous les enlevez, quand aux bottes, elles se transforment en véritables aquariums !

Internationales (équipes) : Les tâches assurées par Peaceboat à Ishinomaki sont de trois types. Préparation de repas pour les nombreuses personnes qui vivent toujours dans les abris d’urgence, livraison de repas aux personnes qui ont retrouvé leur logement mais qui n’ont pas encore accès à des supermarchés et/ou des moyens de préparer de la cuisine, et nettoyage. Les deux premiers postes nécessitant certaines capacités de communication (nous avons été briefé en particulier sur la situation très délicate des personnes dans les abris d' »urgence », ayant perdues sinon des proches, leur maison, et vivant dans une situtation sans véritable intimité depuis maintenant des mois) dont les étrangers sont a priori moins pourvus, les équipes internationales se spécialisent dans le nettoyage. Parmi les tâches dévolues à notre équipe : les jardins, les dessous de plancher et les goutières.

Ishinomaki (石巻) : Une ville d’environ cent-soixante mille habitants située au nord de Sendai. Le tsunami l’a durement touchée, avec de nombreuses zones, dont évidemment le port, entièrement détruites. Le long du front de mer, où les débris de ce qui fut des maisons sont en voie de déblaiement un grand panneau がんばろう石巻 Courage ! Ishinomaki.

Jardins : Dans cette partie d’Ishinomaki, la notion de jardin ne s’entend que comme « terrain à côté d’une maison ». En effet l’eau de mer a tué la majorité des plantes, et la couche d’edoro qui s’est déposée a achevé le travail. De nombreux objets ont également été charriés par les flots, qui ont par endroits carrément emporté les murs d’enceinte en parpaing.

Kasuka-fashion : L’usine d’une entreprise de textile située dans la zone de destruction partielle. Il s’agit de la zone où les volontaires oeuvrent pour la plupart : le niveau de l’eau a monté jusqu’à 2 ou 3 mètres, charriant un grand nombre de débris, mais de nombreuses maisons ont tenu bon. L’usine de Kasuka-fashion a été nettoyée par Peace-Boat afin de pouvoir acceuillir les volontaires plus près de leur zone de travail : on se rend aux différents endroits à pied, parfois en vélo. La capacité maximale se situe aux environ de 80 personnes, nombre à partir duquel le volume sonore des ronflements est assimilé à du tapage nocturne (et non, ça ne vient pas que de la partie réservée aux « hommes »).

Lawson : Symbole, nous l’espèrons, des temps meilleurs, le Lawson à moins de quinze minutes à pieds de Kasuka-Fashion est de nouveau décemment et régulièrement achallandé. Il permet de se remplir le ventre (le american-dog remplace avantageusement le « frozen dry rice ») et de se le vider (les toilettes à l’occidentales avec lunette chauffante ont eu le dessus sur les toilettes de chantier à la japonaises de Kasuka-Fashion).

Leader & Leader-Leader : Chaque équipe de 5 à 7 volontaires se voit attribuer un leader. Il porte un dossard orange (tous les autres portent des dossards bleus), enfin quand les dossards oranges ne sentent pas trop la transpiration ! Les Leader-Leader eux sont les cadres qui régentent la vie à Kasuka-fashion. Ils s’occupent de faire respecter les règles de la vie en communauté : couvre-feu à 19 heures, extinction des feux à 22 heures, interdiction de laver la vaisselle avec du savon, interdiction de se brosser les dents avec du dentifrice (bon ok, on a fait sauter cette règle là le premier jour). Les Leader-Leader ont également le privilège de pouvoir monter au deuxième étage, où la rumeur dit que l’on trouve des frigos, voire même des douches.

Love Hôtels : Tout près de Kasuka-Fashion, un canal à l’atmosphère bucolique, bordé d’un nombre invraisemblable de love hôtels. Il s’agit du genre inédit (et kitsh) « drive-in + bungalow ». Certain(e)s volontaires (préoccupé(e)s par l’état de leur cheveux), se mirent à y voir la possibilité rêvée d’une douche.

Onsen : A mi-semaine, le staff a décidé d’une sortie en soirée au onsen. C’est la première fois que je dois faire la file tout nu : en effet il faut attendre avant de pouvoir se laver ! Il y a un assez grand nombre d’étrangers. D’autres volontaires, venus par leur propres moyens ou avec d’autres organisations, y vont tous les jours !

Otsukaresama : Signifie quelque chose comme « merci pour vos efforts ». Remplace « bonjour » et « au revoir » dans les rues de Ishinomaki. Des lycéennes penchées au balcon de leur salle de classe aux grand-mères et grand-pères qui utilisent la formule plus familière « Gokurosan », les habitants nous réservent un acceuil chaleureux et digne.

Owner : Pour les volontaires, il est gratifiant de pouvoir rencontrer les propriétaires des maisons dans lequelles ils travaillent. La plupart des propriétaires n’hésitent pas à partager leur vécu de la journée du onze mars (« March-eleven »), par exemple, ce vieux monsieur qui après le tremblement de terre n’a eu de pensées que pour son chat. Il finit par le retrouver paniqué courant aux quatres-coins de la maison, mais ne peut l’attraper ; quand il aperçoit le tsunami, il n’a que le temps de se réfugier au premier étage, d’où il voit la maison de ses voisins emportée par les flots. Beaucoup mettent la main à la pâte pour nous aider. Ceux qui ne sont pas là, c’est souvent parce qu’ils sont en train d’aider d’autres personnes, dans des zones plus affectées. Maintenant que l’approvisionement redevient plus fonctionnel, ils nous offrent boissons et glaces. Nous avons même la chance de nous voir proposer des somen (素麺), fines pâtes servie dans de l’eau glacée.

Peace-Boat (Ici pour les action de soutien au Tohoku) : Il s’agit à la base d’une organisation dont la vocation est de faire découvrir le monde aux jeunes japonais en leur proposant de faire un tour du monde en bateau (d’où le nom) mêlant tourisme et travail bénévole. Peace-Boat a déjà agit avec des volontaires au Japon lors du tremblement de terre de Kobe en 1995, ainsi que lors du tremblement de terre de Niigata en 2004. En ce qui concerne le tremblement de terre du Tohoku, leur action se concentre sur Ishinomaki, où elle est appreciée. Ils organisent pour les personnes de Tokyo souhaitant être volontaires dans le Tohoku des scéances d’orientation et des bus (qu’il faudra payer 5000 yens pour l’aller-retour). Sur place ils prêtent les casques, gants, lunettes, ainsi que les outils à utiliser par les volontaires.

Poker : Le jeu de carte qui met tout le monde d’accord à Kasuka-Fashion. Le mini-snickers vaut 5 points, la valeur minimum de 1 point est attribuée aux bonbons salés que l’on nous distribue : ils apporteraient les sels-minéraux perdus lors de la traspiration et seraient un complément nécessaire à l’hydratation lors des efforts intenses. Avis aux volontaires : il m’en reste. Ceux qui ne se passionnent pas à taper le carton peuvent participer à des scéances de Yoga.

S.O.S : Dans la zone où nous travaillons, de nombreuses maisons ont des messages de S.O.S. écrit à l’étage. Le personnes réfugiées à l’étage après le tsunami se sont retrouvées isolées pendant plusieurs jours. Souvent à l’étage se situent les chambres où le ne trouve pas forcément de quoi boire où de quoi manger. Les messages demandent donc de l’eau. A l’étage d’une maison, on peut lire : « SOS, eau & couches » : une maman s’était retrouvée coincée avec son bébé sans moyen de le changer.

Souvenir : Après avoir passé la journée à extirper de la boue toxique de sous le plancher d’une maison, dans la lumière oblique de la fin du jour, à gauche comme à droite, des engins de chantier déblaient les débris, en partie amoncelés par nos soins, à grande vitesse. Le travail des volontaires est important, d’une part parce qu’il manque de main d’oeuvre, d’autre part parce qu’il est important pour les populations locales de se sentir soutenues, a fortiori maintenant que le drame a quitté les gros titres et que le nombre de volontaires diminue. Mais ce travail ne peut se substituer à un travail de reconstruction de plus grande échelle, mené avec les moyens adaptés.

Publicités

3 Réponses to “Ishinomaki”

  1. Justin Says:

    Tu es génial. J’aurais du mal à expliquer les sentiments que j’ai ressenti en lisant ton poste. Merci

  2. Elo Says:

    La question reste en suspens: qu’est devenu le chat du Monsieur? 🙂

  3. maaaraag Says:

    En recherchant les prévisions météo pour ce week-end, j’ai trouvé un ensemble de liens intéressants sur la description du séïsme et du tsunami :
    http://www.jma.go.jp/jma/en/2011_Earthquake.html

    Le nombre important de répliques m’a particulièrement marqué (.pdf) : http://www.jma.go.jp/jma/en/2011_Earthquake/2011_Earthquake_Number.pdf

    Aussi un blog d’une membre de mon équipe à Ishinomaki : http://post311.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :