Setsuden (節電) : économies d’électricité

Le kanji de l’an dernier fut « chaleur » (暑). Trimbaler ma valise le quinze août, un des jours le plus chaud de l’année ne fut certes pas une partie de plaisir. Avec l’arrivée du premier juillet, et l’ouverture officielle de la saison de randonnée, en particulier du mont Fuji, est arrivée la chaleur moite de l’été japonais. La saison des pluies n’étant cependant pas encore officiellement close, de lourds nuages gris forment le couvercle d’une cocotte minute prête à exploser à tout moment en d’orageuses précipitations : raison pour laquelle la météo n’a de cesse d’annoncer des jours de pluie, rendant les plannings pour les week-end compliqués, alors qu’au final les éléments ne nous donnent à voir « que le soleil qui poudroie » (on m’a dit que la météo ne pouvait jamais prévoir la fin de la saison des pluies, mais ne pouvait que la constater… pratique !).

Le kanji de cet été, au moins dans la région de Tokyo, ce pourrait bien être 節電, économies d’électricité (mis à part que ce sont en fait deux kanjis). L’approvisionnement en électricité étant limité d’une part par l’accident de Fukushima, d’autre part par le fait que la fréquence n’est pas la même entre le sud et le nord de l’archipel, ce qui rend les transferts d’électricité compliqués (n.b. 2 fréquences pour un même pays, alors que nous avons un marché international de l’électricité en Europe, union qui n’a pas que des mauvais côtés), la crainte d’une pénurie plane.

La menace de la pénurie, qui impliquerait le retour des coupures de courant par zone comme les tokyoïtes ont pu l’expérimenter juste après le tremblement de terre, nous amène à nous poser quelques questions : « comment ça, l’électricité qui alimente ma télévision ne serait pas acquise, aussi abondante que l’air que je respire ? ». Afin d’éviter les coupures (oui, la télévision ne semble pas si nécessaire, mais dans notre société un réfrigérateur fonctionnel ne relève pas vraiment du domaine du luxe…), Tepco, relayé par le gouvernement, a demandé une réduction de la consommation de 15%, ce que les japonais se sont appliqués à mettre en oeuvre.

Certaines boutiques accueillent leur clients dans une lumière… tamisée. Ils s’en excusent en affichant les fameux kanjis 節電 sur leur devanture. Les entreprises également jouent le jeu : la climatisation est moins forte, et pour compenser, un « super cool biz » a été décrété.

Pour ceux qui auraient raté un épisode, le « cool biz » avait été une initiative lancée par Koizumi quand il était premier ministre (~2005) : s’habiller un peu moins strict (tomber la cravate et envisager la chemisette, dont la chemise d’Okinawa qui sur le principe ressemble à s’y méprendre à l’hawaïenne, mais avec la touche japonaise) .

Le « super cool biz » permet presque tout : les pantalons en lin, les chaussures « street casual » (encore faut-il savoir ce que c’est), les polos, … (ce qui est « dommage » c’est que les japonais, surtout senior, ont du mal à changer leurs habitudes, quand aux étrangers, ils n’avait pas forcément attendus la directive officielle…).

Aux infos, mais aussi sur internet, on peut suivre en direct la consommation du jour, et savoir à quel pourcentage du maximum on est rendus, ce qui aboutit à des conversations comme : « tu as vu, avant-hier on a consommé plus de 90% de l’électricité disponible, ça craint… ». En suivant les graphiques jour-après-jour on se rend compte que la consommation augmente fortement avec la température. Pas étonnant quand, en fouillant encore un peu sur le site de Tepco, on se rend compte que le climatiseur d’air représente plus de 50% de la consommation moyenne du foyer japonais.

En vertu de quoi Tepco prodigue quelques conseils aux familles pour avoir un style de vie compatible avec les économies d’électricité, dont le mignon : passez plus de temps ensemble dans la même pièce de la maison pour n’avoir à utiliser qu’un climatiseur, pas bête !

Pour enchaîner sur les petites bêtes, je dois annoncer la disparition du mérou porte-bonheur de Roppongi « Donkichi(ドン吉) » (youtube), qui serait mort de sa belle mort le quinze juin, à 88 ans en « équivalent » humain (je n’ai pas la moindre idée de comment on traduit de l’âge mérou à l’âge équivalent humain). Était-il vraiment heureux dans son aquarium pas très grand et bruyant du Don-Quichotte ? Peu soucieux des jingles et des éclats des néons de la société de consommation se déchaînant autour de lui, dans le fond de son aquarium, il me semble qu’il avait atteint le niveau de méditation d’un maître zen, point fixe réconfortant dans se monde tumultueux. Soit ça, soit il était en train de regarder passer les filles : il avait un sacré emplacement, et un drôle de succès !

Dans un tout autre registre, à Yoyogi cet après-midi, une couleuvre faisait le tour du propriétaire de l’arbre en dessous duquel nous étions tranquillement en train de pique-niquer. Elle a flambé en nous montrant sa technique de grimpe impressionnante, mais elle a moins fait la fière quand elle s’est fait prendre à parti par un japonais éméché conduisant une armée de gamins armés de pistolets en bois. Heureusement, elle a réussi à se faufiler jusqu’aux fourrés pendant qu’ils étaient en train de jouer au foot… Hasta luego petit serpent !

Publicités

3 Réponses to “Setsuden (節電) : économies d’électricité”

  1. Popa Says:

    Va-t-il y avoir un retour de l’éventail.
    Bonne chronique, merci.

  2. Elo Says:

    Je suis un peu triste de la disparition du merou de Roppongi. Ceci etant dit, il n’avait pas l’air en forme depuis le tremblement de terre. Je pense que cela a du lui donner un coup de stress, le pauvre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :