Hakubababa, j’en suis bibi !

De Hakuba Janvier 2012

De retour dans les Alpes du Nord, où plutôt dans leur contreforts, pour la première sortie de ski de l’année. Profitant d’un jour férié, le jour du « passage à l’âge adulte » (成人の日) qui voit tous les jeunes fêtant leur vingt ans dans l’année vêtir leur plus beaux kimono pour aller au temple, nous partons pour un week-end de trois jours organisé par Tokyo Gaijin. Tokyo Gaijin est une sorte d’association visant principalement les étrangers. Comme ils organisent le séjour pour un grand nombre de personnes (~50) ils peuvent bénéficier de réductions qui doivent leur permettre de faire la petite marge nécessaire à leurs opérations tout en nous proposant un prix décent pour de bonnes conditions de transport (bus dédié) et d’hébergement.

Premier bon point, dans notre respectable (comme dans « un âge respectable) ryokan, nous avons un onsen, ce qui nous évite les péripéties de l’an dernier. La temperature de l’eau est même très chaude, je pense que c’est pour éviter que les hôtes ne passent trop de temps dans le bain, créant ainsi l’embouteillage.

Un autre bon point, c’est que nous avons les petits-déjeuner et les dîners compris, ce qui nous évite d’avoir à dévaliser la combini pour nous sustenter.

Mais le mieux, c’est que nous allons skier dans trois stations différentes, et après tout si nous sommes au Japon c’est bien pour voir du pays ! En effet le village d’Hakuba comporte de nombreuses stations, reliés de façon pratique par des navettes gratuites circulant environ toutes les demi-heures. Le point névralgique du réseau, Hakuba Happo Information Center est situé à deux pas de notre hôtel.

Le premier jour nous allons à Tsukaike Kogen (栂池高原). Il s’agit d’une station plutôt petite, que je pense les tout débutants apprécierons particulièrement : le bas de la station est une étendue quasiment horizontale sillonée par quatres télésièges. Je me dis que la station porte bien son nom (Kogen signifie plateau). Les rares pistes noires indiquées sur le plan par contre sont en fait plutôt des pistes rouges qui sont néanmoins bien agréable alors que nous skions sur le blanc velour tombé pendant la nuit. Un bon choix pour ne pas commencer l’année de façon trop brutale.

Au rayon des curiosités, le télésiège avec une seule place, dommage qu’il ait été désaffecté. Puis, alors que je suis tranquillement abrité dans la gondola (c’est le mot anglais/japonais pour les oeufs) je vois arriver, en face, sur le chemin de la descente donc, un vieux monsieur grisonnant et bedonnant qui redescent dans une cabine à toit ouvert. Alors qu’il se rapproche, et le voyant immobile et impassible, je me dis intérieurement qu’il a bien du courage pour ne pas trembler devant l’altitude et le froid dans son costume blanc. Las ! Il s’agit du colonel Sanders (en statue) qui fait de la réclame pour le KFC se trouvant en haut des pistes !

J’arrive à prendre la gondola à 16h18 alors que elle ferme à 16h20. Donc je me retrouve au sommet à 16h40. Et en hiver, au Japon, il fait… …nuit ! Heureusement la plupart des stations propose du ski en nocturne et ont les éclairages adéquats. Au long de la descente, les taches oranges et bleues des lumières altérnées donnent un éclairage féérique à la piste, mais sont de peu de secours en ce qui concerne la vue du relief !

Le deuxième jour, nous voilà en route pour Iwatake (岩岳). C’est également une petite station, qui a une position un peu inhabituelle : la gondola amène directement au sommet, et de là les pistes partent en étoile. Il semblerait que cette station ait les meilleures vues sur le massif environnant (au sommet nous avons une vue à 360°). Dommage, durant les trois jours les nuages bas nous empêchent de contempler le paysage. Enfin nous avons quelques vues sur la vallée, mais aucune sur les montagnes des Alpes du Nord environnantes. Les pistes ont un niveau un peu plus relevé, mais, sans que je sache pourquoi la plupart des pistes noires indiquées sur le plan étaient fermées. L’autre inconvénient de la disposition en étoile c’est d’un point de vue cartographique : il n’est pas évident de représenter cela de façon claire, en conséquence de quoi il n’est pas évident de trouver la bonne piste. Bon faut dire que le -7°C en début de matinée ne donnait pas trop envie de sortir la carte/enlever les gants.

Le troisième jour, nous allons skier à Happo One (八方尾根, il semblerait que « One » n’ait rien à voir avec le d’adjectif numéral anglais). Il s’agit de la station qui a acceuilli les épreuves de vitesse des Jeux Olympiques de Nagano, à savoir la descente et et super-G. La station est la plus grande des trois auxquelles nous sommes allés cette fois-ci, et elle est également légérement plus grande que Hakuba Goryu/47 où nous étions l’an passé. Mais rien de grandiose pour qui est habitué aux immenses domaines des Alpes. D’ailleurs la descente masculine avait fait légérement débat à l’époque des Jeux Olympiques car jugée trop courte par les autorités de la fédération internationale de ski.

La visibilité est réduite à son strict minimum alors que d’énormes flocons tombent sans discontinuer pendant toute la matinée et une bonne partie de l’après-midi. En haut des pistes nous retrouvons quand même les cabanes qui ont servi aux départs de la descente femme et homme. D’où se sont élancés le fortuné Jean-Luc Crétier et l’un peu moins fortuné (pour la descente) Hermann Maier.

Happo semble être la station « sérieuse » de la région : il y a beaucoup moins de pistes pour les débutants, et l’on voit depuis les télésièges un grand nombre d’excellents skieurs dévaller les pistes.

Pour finir, le fait d’être allé dans ces trois stations trois jours d’affilé m’a permis de remarquer un petit détail amusant dans les noms des gondolas de ces différent domaines : à Iwatake, elle est nommée « Noah » (« Noé » en anglais), à Tsugaike, elle est nommée « Eve », et à Happo, « Adam » !

Publicités

Une Réponse to “Hakubababa, j’en suis bibi !”

  1. Elo Says:

    … et vive la musique pop diffusee par les hauts-parleurs des remontees mecaniques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :