Mon ami le sakura

De Hanami 2012

Tu m’admirais hier
Et je serai poussière
Pour toujours demain
Mon amie la rose

Quoi de mieux, pour honorer la tradition séculaire japonaise du HANAMI (花見) que de faire un pique-nique au château ?

Ieyasu Tokugawa, suite à sa victoire sur les descendants de la famille Toyotomi (comme nous l’avons décrit ici), a propulsé le petit village de pêcheur aux portes de la rivière Sumida nommé Edo, sur les chemins qui mènent à la mégapole. Comme avant Oda Nobunaga à Azuchi et Hideyoshi Toyotomi à Osaka, il entreprend la construction d’un château qui sera bien sûr le plus beau, et le plus grand.

Son donjon et la résidence attenante, étaient protégés par deux douves concentriques. Le complexe qu’elles défendaient devait croître jusqu’à être le plus grand bâtiment du monde en son temps. Cependant, après plus de deux siècles de paix, l’arrivée des bateaux noirs du commodore Perry allait précipiter le pays dans la modernité. Après une courte guerre civile le pouvoir revient à l’empereur qui décide de délaisser sa demeure de Kyoto pour s’installer à Edo qu’il renomme à l’occasion Tokyo (東京), capitale de l’est.

Nous sommes installés à SOTOBORI-KOEN (外堀公園, le parc de la douve extérieure). Vous l’aurez deviné, il n’y a plus de chateau ici depuis bien longtemps. Si la douve intérieure a conservé son ancien périmètre et protège toujours la résidence de l’empereur, la douve extérieure a été presque intégralement comblée. Ici seulement, entre Iidabashi (飯田橋) et Yotsuya (四谷), en passant par Ichigaya (市ヶ谷), une rangée de Sakura a été plantée le long de la berge, au plus grand plaisir des promeneurs.

A l’époque Heian, où le raffinement de la cour japonaise a été poussé à son paroxysme, il était coutumier d’admirer les fleurs tout en composant de la poésie. Par exemple, une rivière artificielle serait aménagée dans un jardin, sur laquelle on laisserait flotter une coupe de sake. Il s’agit de finir sa composition avant que la coupe n’arrive à portée de main, sous peine d’avoir à la vider. Le retard prit explique peut-être les libations de dimanche dernier ; avec retard, voici ma copie :

Les savants d’autrefois nous ont donné le temps.
Sablier, montre a quartz et horloge atomique
Le temps qui se déforme a des couplets cosmiques,
Sont-ils intéressés ? Le temps c’est de l’argent !

Et aujourd’hui vois-tu, aujourd’hui seulement,
Au parc Sotobori, les sakuras fleurissent,
Que le soir tombe vite, il faut donc qu’il périsse,
Ce jour dont je voudrais garder le sentiment ?

Donne-moi tout de suite un mot que je chérisse
Chuchote-moi le vite avant que ne flétrisse
La floraison d’avril. Le mot que tu diras,

Sera un talisman pour que l’on se souvienne
Et il résonnera jusqu’à l’année prochaine
Mais sais-tu ? Maintenant jamais plus ne sera !

Publicités

5 Réponses to “Mon ami le sakura”

  1. L'echo Says:

    窓の背後
    葉桜ばかり
    雨降りそう

  2. L'echo Says:

    Non c’est de moi. Ce haiku serait d’ailleurs aussi approprie pour aujourd’hui. Quand je regarde par la fenetre, j’ai encore l’impression qu’il va pleuvoir. Quel temps deprimant depuis 2 jours!

    • maaaraag Says:

      Oui, on aurait bien besoin d’un petit voyage dans l’adriatique… mais a defaut les iles d’Izu feront l’affaire !

  3. Rafran Says:

    La floraison s’acheve ici, sympa le sonnet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :