Debout les gars !

Avec beaucoup de retard, le compte rendu d’une rando de septembre…

De Goryudake&Kurobe

Je suis content de mon coup.

Le train “Moonlight Shinshu” m’a déposé à la gare de Kamishiro à 5h34. J’ai traversé rapidement le village dans la lumière oblique de l’aube et retrouvé le bâtiment “Escal Plaza” au pied des pistes de Hakuba Goryu désertées par la neige. Le téléphérique qui mène au sommet des pistes ne fonctionnant qu’à partir de 8h30, j’ai décidé de monter à pied. Et me voilà à 7h30 au sommet de la station, en train de déguster une barre de céréales.

Et je suis content de mon coup. Avec une petite heure d’avance sur le téléphérique, donc sur les autres randonneurs, j’ai la garantie d’avoir la montagne à moi tout seul. Satisfait, je parcours le paysage du regard. Le soleil tombe dans le bas de la vallée et donne au village d’Hakuba cet air “village de montagne” que j’ai déjà vu dans un magazine de photographie. De l’autre côté le Karamatsu-dake (唐松岳, 2696m) domine la crête qui monte depuis Happo d’un air si majestueux que je m’étonne qu’il n’ait pas été inclus dans la liste des cent montagnes du Japon. Je suppose que elle ne peuvent pas toutes y être. Au nord dépasse le Shiroumadake (白馬岳, 2932m), dernier sommet d’importance avant que les Alpes du Nord ne se jettent dans la mer du Japon. Et toute proche le chemin de crête poétiquement nommé “crête de la longue vue” (遠見尾根) qui doit me conduire en quelques heures au refuge Goryu-sanso (五竜岳山荘).

Alors que je m’apprête à me remettre en marche pour profiter en solitaire des grands espaces du Japon, voilà que j’entends des bruits de pas. Et je vois, incrédule, une yama-girl, fraîche comme la rosée du matin, arriver au détour du chemin.
– “Bonjour !” (surpris, mais courtois)
– “Bonjour !”
– “Euh, …, vous êtes montée depuis en-bas ?” (la question me brûle les lèvres)
– “En bas ?! Pensez-vous, j’ai pris le téléphérique !”
– “Il ne commence pas à 8h30 ?” (mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ?!?)
– “Pour le week-end de 3 jours exceptionnellement il commence dès 7h30.”
– “…” (mince alors !)

Commence alors le défilé de randonneurs : un homme âgé qui marche à grand pas, deux gaillards qui se tirent un peu la bourre, un jeune homme en basket que je retrouverai plus haut complètement à bout de souffle. Autant pour la solitude des montagnes…

A quelque chose malheur est bon : la présence des autres randonneurs aide beaucoup pour la motivation. Car après les 700 mètres de dénivelé que j’ai déjà parcouru, reste encore quelques 900 mètres avant le refuge. Et si le chemin est bien entretenu, la plupart des montées sont faîtes d’escaliers en rondin de bois, parfois bien (trop) raides !

J’arrive au refuge de bonne heure, vers 11h15, et bien m’en a pris. D’une part parce que le temps a tourné. Nous sommes dans la purée de pois, et à peine ai-je fini de monter la tente qu’un fin grésil commence à tomber pour ne plus s’arrêter jusqu’à la nuit. D’autre part parce que nous sommes dans un des derniers grands week-end de la saison, et tous les amoureux de la montagne semblent s’être donnés rendez-vous ici.

Arrosées par la bruine insistante, les tentes poussent comme des champignons. Les emplacements officiels sont vite tous occupés. Le refuge ne refusant personne, les tentes monopolisent vite le petit espace d’ordinaire dédié au repas, le petit chemin vers les toilettes, le moindre espace a peu près plat est occupé ! Malgré les conditions mitigées et la promiscuité, tout le monde est de bonne humeur. Nous sommes a 2600 mètres, altitude que les lourds soucis du quotidien n’ont, semble-t-il, pas pu atteindre.

Le lendemain, lever à 3h30 au milieu du branle-bas de combat généralisé : personne n’a envie de rater le lever de soleil depuis le sommet du Goryudake (五竜岳, 2814m) tout proche. Je me retrouve d’ailleurs un peu coincé dans les embouteillages, derrière un groupe de personnes entre deux âges pas tellement préparées. Elles grimpent avec la lampe torche dans une main et un sac en plastique dans l’autre, pas facile pour grimper (j’ai d’ailleurs des doutes sur le contenu des sacs en plastiques, j’espère qu’ils n’envisageaient pas de petit-déjeuner à la bière).

Bon gré mal gré nous prenons de la hauteur. Nous voyons bientôt le refuge en contrebas, puis alors que le ciel commence à s’éclaircir, une longue mer de nuages, où le mont Fuji ainsi que les Alpes du Sud sont comme des îles lointaines.

J’arrive au sommet bien avant le lever de soleil. Je découvre dans le jour naissant les vues de l’autre côté de la montagne, sur les célèbres Tateyama (立山, litt. “montagne debout”, 3015m) et Tsurugidake (剣岳, litt. “pic de l’épée”, 2999m). Ces deux montagnes sont connues notamment pour connaître les chutes de neige parmi les plus abondantes de l’archipel, ce qui abouti à la formation de grands névés qui selon certaines études méritent la dénomination de glaciers. Je le remarquerai plusieurs fois, mais il semble que les nuages viennent s’échouer sur la chaîne Shiroumadake-Goryudake, laissant le Tateyama et le Tsurugidake découvert. Et derrière le Tateyama et le Tsurugidake, on devine le rivage gris de la mer du Japon.

La vue est splendide, mais la journée s’annonce chargée, je ne m’éternise donc pas au sommet. Alors que je me repars, une petite voix m’interpelle. Il s’agit de la yama-girl d’hier ! Elle avait essayé d’atteindre le sommet la veille…
– “Finalement vous avez pu atteindre le sommet hier ?”
– “Non, j’ai abandonné à mi-chemin… Mais il valait bien mieux venir ce matin !”
– “C’est vrai la vue est magnifique. Où allez-vous aujourd’hui ?”
– “Je redescends juste vers Hakuba en passant par le Karamatsu. Et vous ?”
– “Je vais au refuge de Taneike en passant par le Kashima-Yarigatake.” (Le Kashima-Yarigatake est comme le Goryu-dake une des cent montagnes du Japon).
– “Et bien ! C’est un long chemin. Moi aujourd’hui c’est ‘rakuchin’”.

“Rakuchin” est un mot formé de deux parties. Le “chin” final est une sorte de suffixe enfantin (si j’ai bien compris). Reste “raku” ce kanji qui veut dire “agréable” ou encore “facile”. J’aurai tout le temps de ressasser ce mot pendant les huit heures suivantes, à faire des montées et des descentes de sommets en sommets. Agréable ? Facile ?

Reste que la journée est très belle. J’ai l’impression de revivre plusieurs randonnées précédentes. Entre le Goryudake et le Kashima-Yarigatake (鹿島槍ヶ岳, 2889m), il y a une petite “kiretto”, coupure dans la ligne de crête. Pas aussi importante que la “Daikiretto”, mais suffisante pour nécessiter quelques passages avec échelles. Je retrouve également mes amis de la montagne : accenteurs alpins, cassenoix mouchetés et lagopèdes. Je suis tombé sur les lagopèdes au sommet du Jiigatake, un sommet mineur proche de la fin de la journée où j’ai failli ne pas monter, belle récompense pour mes efforts.

Je me fais également une nouvelle amie : l’hermine. Alors que je me retourne avec l’impression soudaine d’être suivi, la voilà sur le chemin à deux-trois mètres à peine. Mais la timide n’a pas voulu se faire prendre en photo. A peine l’appareil sorti, la voilà qui détale !

Afin de mieux comprendre ce qui va suivre, je dois faire une brève explication de la géographie du lieu. Les Alpes du Nord ont globalement une forme en Y. En bas du Y on retrouve le village de Kamikochi et les montagnes Oku-Hotakadake et Yarigatake où j’étais l’an passé. Je suis sur la branche “nord-est” où l’on retrouve le Goryudake. Sur la branche “nord-ouest” on retrouve le Tateyama et le Tsurugidake. Entre les deux branches du Y s’écoule une rivière appelée le Kurobe (黒部川), sur laquelle a été construit le plus gros barrage du Japon, d’une taille comparable au barrage de Tignes. Il a été achevé au début des années 1960, dans un Japon en croissance accélérée, remarquable oeuvre d’ingénierie dont la construction a coûté la vie à 171 travailleurs.

J’ai eu envie de visiter cet endroit après avoir vu les photos magnifiques de ce blog. Le barrage est entouré par les montagnes. Si bien que l’acheminement des matériaux de construction a nécessité la perce d’un tunnel dans le flanc de la montagne. Le tunnel est maintenant utilisé pour acheminer les touristes jusqu’au barrage. Mais il y a mieux : “des transports en commun” (les guillemets sont pour le prix pas si commun) ont été aménagés pour pouvoir traverser la chaîne de montagne de part en part, la “Kurobe alpenroute”.

Le trajet commence par le tunnel historique, parcouru en trolley-bus d’époque. La traversée du barrage se fait ensuite à pied. De l’autre côté nous attends un funiculaire (dont le parcours est intégralement souterrain), puis un téléphérique, puis un autre tunnel avec trolley-bus qui passe juste sous le Tateyama. Ensuite on peut prendre le bus pour redescendre vers la vallée. Le bus en lui même est une attraction touristique lors de l’ouverture de la route en avril : elle est creusée dans un manteau de neige de plus de dix mètres.

L’idée originale était de profiter de la journée de demain pour aller faire un tour au barrage de Kurobe. Mais je suis content d’être arrivé au refuge de Taneike (種池山荘) pas trop tard, car un plan germe dans mon esprit : puisque le barrage est si proche du Tateyama, pourquoi ne pas y monter ?

En partant de bonne heure, je devrais pouvoir arriver au barrage, et de là prendre le funiculaire qui monte à mi-hauteur. En laissant tente et autre sac de couchage dans des casiers au bas de la montagne, léger, je devrais pouvoir faire une montée relativement rapide des 1200 mètres de dénivelé et ensuite filer dans le shinkansen pour être à Tokyo à l’heure du dîner : l’affaire est dans le sac !

Il faut dire que le Tateyama est une cible tentante. Outre le fait qu’elle fasse partie des cent montagnes du Japon, elle est aussi dans les trois montagnes les plus sacrées du Japon (avec le mont Fuji et le Hakusan), et elle a également d’autre particularités, telle que celle d’être le sommet de 3000 mètres le plus septentrional du Japon. C’est aussi l’occasion annuelle de passer les 3000 mètres car nous sommes en septembre et ces sommets sont sur le point de se faire enterrer sous des mètres de neige.

Premier accroc dans le plan : alors que je regarde à nouveau le planning des bus pour passer sous la montagne vers le barrage, je me rends compte que le premier n’est pas à 6h30 comme je le pensais, mais à 7h30. Le bus de 6h30 ne passait que les deux premiers jours du week-end de 3 jours. Entre le téléphérique qui commence trop tôt et le bus qui commence trop tard, je commence à me demander si je ne suis pas victime d’une malédiction portant sur les transports !

Enfin je décide d’y être le lendemain à 6h30 pour voir si ils n’ont pas changé d’avis. C’est donc encore un lever à 3h30, car j’ai 1000 mètres de dénivelé à descendre pour trouver le terminal de bus.

Je suis bien dans la file d’attente à temps, mais pas de miracle, le prochain bus est bien à 7h30 comme annoncé dans les horaires. Tout en étant désolé pour eux (et pour moi), ma consolation viendra d’une famille japonaise croisée dans la file d’attente pour acheter les billets : eux non plus n’avaient pas réussi à lire le planning correctement du premier coup, et ils pensaient prendre le bus à 6h30 (mes compétences de lecture d’horaires en japonais sont donc à niveau avec les autochtones).

Je ne perd pas de temps et me dirige d’emblée vers le funiculaire qui monte jusque 1800 mètres d’altitude. J’aurais aimé pouvoir prendre également le téléphérique qui suit le funiculaire et amène à 2300 mètres, mais le chemin de randonnée qui part du téléphérique est fermé pour cause de chutes de pierres. Dans la salle d’attente du funiculaire, je réalise que l’hermine est la mascotte du barrage de Kurobe. Je prend ça pour un bon signe puisque j’en ai vu une la veille.

A l’arrivée du funiculaire, je trouve avec difficulté le chemin de randonnée, caché au fond d’un jardin. Il faut dire que si il y a foule, presque personne n’est là pour la marche : la plupart sont en transit et attendent sagement la prochaine benne. Si bien que le chemin est à moitié dévoré par les bambous “kumazasa”. Optimiste je me dis que je viendrai sûrement à bout des 1200 mètres de dénivelés en deux grosses heures.

Las ! Je finis par me faire rattraper par la fatigue accumulée pendant les deux journées précédentes, et les jambes se font lourdes, très lourdes. Loin de moi l’idée de me plaindre du temps radieux, mais la chaleur du soleil n’arrange rien. Si bien que deux heures plus tard, les jambes en feu, je me retrouve au lieu dit Higashi-Ichinokoshi (東一ノ越), altitude 2400 mètres. J’ai donc parcouru 600 mètres de dénivelé : la moitié de ce qu’il aurait fallu.

Il faut bien me rendre à l’évidence, ce n’est pas la journée pour le Tateyama. Déçu d’abandonner le sommet, je dois faire une bien drôle de tête car un groupe de japonais en train de déjeuner tente alors de me nourrir ! Il viennent de Murodo (室堂) de l’autre côté de la montagne. Je réalise alors que la montée aurait été beaucoup plus facile si j’avais pris l’alpenroute jusqu’au bout (le terminal de Murodo est à 2400 mètres d’altitude – je n’aurais eu que 600 mètres de dénivelé à parcourir pour atteindre le sommet). Mais bon, il n’y a quand même pas que le résultat qui compte ! Ca ne rime à rien de traverser toute la montagne en “taxi” pour arriver plus facilement au sommet. C’est du moins ce que je me dis pour me consoler…

Le paysage a vite raison de ma déception. De l’autre côté de la vallée, je peux maintenant regarder le Goryudake et le Kashima-Yarigatake avec fierté. De l’autre côté, tout proches, trois sommets se détachent. Ils portent des noms sympathiques : le pic du roi dragon, le pic du démon et le pic du lion (resp. 龍王岳, 鬼岳 et 獅子岳). Et bien sûr, comme à portée de main, et pourtant inaccessible, le sommet du Tateyama. Et je contemple l’ironie de ma situation ; me voilà sur les rotules, au pied de la montagne debout !

Publicités

3 Réponses to “Debout les gars !”

  1. Rafran Says:

    Une lecture toujours fort agréable, et des fourmis dans les jambes…

  2. Rafran Says:

    PS : Et les photos superbes…

    • maaaraag Says:

      Merci ! Oui il y a quelques jolis coins, et j’ai eu beaucoup de chance avec la meteo… Et comme j’ai pris du retard, il y a d’autre articles a venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :